De la plateforme pétrolière jusqu’à vos lèvres

août 3, 2016
De la plateforme pétrolière jusqu’à vos lèvres
  • facbook
  • twitter
  • google-plus
  • pin-it

Il se trouve dans le carburant qui alimente nos voitures, dans le tissu de nos vêtements et dans nos bouteilles de plastique. Le pétrole est partout. Il se trouve aussi dans de nombreux produits qu’on n’imaginerait pas en contenir — des produits que notre peau absorbe — comme des baumes pour les lèvres et des laits corporels. C’est le pétrolatum.

L’utilisation du pétrolatum dans les produits d’usage courant

On estime qu’un produit commercialisé sur 14 contient du pétrolatum, et que ce dernier est particulièrement présent dans les produits de soins personnels. Jusqu’à 15 % des baumes pour les lèvres et 40 %, des laits corporels pour enfant[1] contiennent ce gel multifonction. Et puisqu’il est peu coûteux et disponible en quantités abondantes, le pétrolatum semble promis à un brillant avenir.

Le problème du pétrolatum

Bien que l’on considère le pétrolatum comme une substance chimique sans danger, il est important de comprendre que certains produits qui en contiennent peuvent être contaminés. Advenant un problème durant le traitement du résidu de distillation du pétrole brut, le pétrolatum qui en résulte pourrait constituer un risque pour la santé. Le pétrolatum contaminé peut contenir des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), un composé chimique pouvant causer le cancer, comme l’ont démontré certaines études[2].

Quels produits contiennent du pétrolatum ?

Le pétrolatum se présente sous divers noms selon le fabricant. Si vous ne repérez pas ce mot dans la liste d’ingrédients, cherchez plutôt des termes comme « gelée de pétrole » ou « gel de paraffine ». Ce sont tous des synonymes.

Devriez-vous changer de marque ?

Bien que l’on ne dispose pas de données tangibles concernant les effets du pétrolatum sur la santé ou l’environnement, la possibilité d’une contamination existe bel et bien et, le cas échéant, pourrait présenter un risque.[3] Il est donc plus sûr de l’éviter et de choisir parmi les nombreuses options sans pétrolatum que l’on trouve sur le marché.

 


Le post-scriptum

[1]               http://www.besthealthmag.ca/best-looks/skin/the-truth-about-petrolatum/

[2]               http://www.atsdr.cdc.gov/csem/csem.asp?csem=13&po=11

[3]               http://www.besthealthmag.ca/best-looks/skin/the-truth-about-petrolatum/

Alain Menard

Alain Ménard, microbiologiste, a co fondé la compagnie Green Beaver avec son épouse et biochimiste, Karen Clark. Ils ont quitté l'industrie pharmaceutique et des pesticides derrière pour créer des produits naturels et sains. Alain donne régulièrement des conférences sur les risques potentiels pour la santé et les risques environnementaux associés aux substances toxiques présentes dans les produits de soins personnels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *